farbe-002

 

 

023

 

 

20140127_191017

Le Lieu

 

En 2002, la Ville de Reims et la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Champagne-Ardenne sollicitent Marilén Iglesias-Breuker pour imaginer un projet artistique autour d'un lieu : la Chapelle Saint Marcoul à Reims. D'abord nommé "Laboratoire des Compagnie", le projet reçoit également le soutien du département de la Marne dès 2004 puis de la région Champagne-Ardenne à partir de 2005. 

En 2006 débute le Festival Hors les Murs ! qui s'affirme rapidement comme un rendez-vous incontournable pour présenter les créations réalisées en Champagne-Ardenne.

En 2011 le "Laboratoire des Compagnies" devient Laboratoire Chorégraphique de Reims, s'ouvrant ainsi à tout créateur en danse contemporaine, qu'il soit constitué ou non en compagnie. Cette évolution correspond à sa nouvelle orientation dont l'axe principal est le soutien à l'émergence des talents, des chorégraphes et des compagnies. Missions aujourd'hui élargies avec le compagnonnage et la coordination d'actions à niveau régional.


La Chapelle Saint Marcoul

Cet écrin est un lieu adapté à la danse et au travail des artistes en résidence :

  • un plancher souple de 120m2 
  • un tapis de danse sur toute la superficie
  • chauffage à panneaux rayonnants
  • 2 vestiaires dont un avec un coin cuisine
  • sanitaires et douches
  • matériel son et éclairage
  • miroirs

 


 

Historique

La Chapelle Saint Marcoul est tout ce qu’il reste de l’Hôpital Saint Marcoul, dit Hospice des Incurables, fondé en 1645. Cet établissement accueille les pauvres malades incurables, jusque-là confiés à l’Hôtel Dieu, et les écrouelles. A son apogée, l’hôpital accueille jusqu’à 90 patients.

Une première chapelle Saint Marcoul est construite en 1664 sur les fondements d’une chapelle dédiée à Sainte Agnès, afin de permettre aux malades et aux soeurs de prier. Elle est détruite lors de la Révolution et est rebâtie sur l’emplacement exact. Elevée sur les plans de M. Brunette père, architecte de la ville, elle est livrée au culte en 1875. Le petit clocher, sur la façade de la rue Brûlée, est plus récent. Les nouvelles cloches sont installées en 1882. Plus tard, lorsque l’hôpital Saint Marcoul est détruit, la chapelle est conservée.

La Chapelle Saint Marcoul revient alors à la Ville, qui la réaménage pour servir de salle de quartier, salle de spectacle à disposition des associations culturelles, des compagnies du spectacle vivant et des écoles du quartier, jusqu’en 1998. Cette mission culturelle se précise ultérieurement et la Chapelle devient un lieu voué à la danse. Tout d’abord, en 1999, au début des travaux de restauration du Grand Théâtre de Reims (1999 à 2000), la chapelle est équipée pour la danse avec un plancher, des miroirs et des loges et mise à disposition du chorégraphe Eric Margouet, directeur du ballet associé au Grand Théâtre de Reims. Il l’occupe pour ses répétitions jusqu’en 2002, date à laquelle la Ville de Reims et la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Champagne Ardenne sollicitent Marilén Iglesias-Breuker pour imaginer un projet artistique autour de la Chapelle.