L’équipe

Direction artistique : Marilén Iglesias-Breuker
Direction artistique : Aurore Gruel

Marilén IGLESIAS-BREUKER

Danseuse et sociologue argentine initiée à la danse par Harald Kreutzberg, elle débute sa carrière à Buenos Aires puis poursuit ses études à l’Ecole Folkwang d’Essen (Prix Folkwang 81) et obtient le Diplôme de Pédagogue de Danse. Elle intègre le Folkwang Tanz Studio sous la direction de Hans Zülling. Interprète soliste de Jean Cébron et de Susanne Linke, elle devient son assistante et débute une carrière de chorégraphe signant une dizaine de chorégraphies, dont deux pour l’Opéra.

Lauréate des concours de Bagnolet et de Nyon, elle se perfectionne à New York puis s’installe en France où, avec Luc Petton, elle fonde la Compagnie Icosaèdre . Dans des tournées en France et à l’étranger (Argentine, Allemagne, Brésil, Chili, Hollande, Italie, Japon, Mexique,Tunisie…), elle présente plus de vingt chorégraphies créées avec la compagnie Icosaèdre, dont cinq co-signées avec Luc Petton et une avec Christine Brunel. Parallèlement, elle obtient son CA en danse contemporaine et poursuit des activités pédagogiques en particulier la formation de formateurs.

Co-auteur de films (Le Sourire de Reims, Passeurs de Danse) et de projets liés à l’image (Silences Nomades, L’âme des pierres), elle est à l’origine du projet Instants d’Europe associant recherche théorique, reportages vidéos et spectacles autour de la mémoire de la danse européenne. Elle publie dans de nombreuses revues spécialisées et participe, en qualité de conseillère scientifique pour la danse allemande, à la réalisation du Dictionnaire de la danse, dirigé par Philippe Le Moal, pour les ed. Larousse-Bordas.Ses recherches et créations sont portées par un intérêt plus général : la relation entre l’art et les questions de société, le lien entre danse et utopie.

Inspirée par la notion de « géopoétique » de Kenneth White, elle réalise un cycle latino-américain autour de questions de société perçues avec sa sensibilité de danseuse (la place de la femme chez les indiens du Chiapas, la répercussion de la crise dans les corps de la danse, l’immensité arpentée en Patagonie) puis s’intéresse à la notion de travail et d’effort dans la danse et la société. Recherche menée de pair avec des professeurs de l’Université de Reims. En 2011, elle participe à un projet européen sur la question de la réconciliation. Sa dernière création chorégraphique Fill-In aborde la question des danseurs obligés à l’exil dans l’Allemagne des années 30. Elle collabore par ailleurs avec le chorégraphe Luc Petton avec qui elle a co-signé Swan et Light Bird.

En mai 2018, la Ministre de la Culture lui décerne le grade de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

Aurore GRUEL

“Aurore Gruel, grande chose musculeuse étirable ad libitum, arc vivant et transformable. C’est une sculpture en mouvement. Balancements, mouvements tronqués, élans brisés puis repris, inversés, ressacs incessants… » Anne de Rancourt

Après un parcours de formation classique, elle s’oriente vers la danse contemporaine tout en poursuivant des études de philosophie. Elle développe un travail qui engage le corps dans un acte poétique. Sa danse instinctive, musicale et réflexive est un cheminement où elle cultive la passion du paradoxe. Sur les bordures, elle fait le voyage de ses filiations et échappe aux classifications. Chorégraphe de son propre corps Aurore Gruel revient toujours à une forme d’essentiel, dans le chaos elle cherche en soi le centre de gravité. Son parcours est sous le sceau de la rencontre et du compagnonnage sa créativité s’exerce au contact de malgré un tempérament solitaire.

En 2004, Aurore Gruel fonde la Compagnie Ormone, et l’inscrit dans une recherche croisant différents champs artistiques (danse, musique, arts visuels, film). Le croisement entre les disciplines artistiques est de l’ordre d’un tissage. Cette notion est essentielle, elle constitue l’état d’esprit des différents processus de création mis en œuvre. Une identification mouvante, qui s’entend avec la notion de processus, d’élan et de vivant. C’est un mouvement polymorphe qui joue avec l’instinct, les incidences, les résonances, fait de rencontres avec, en son cœur, le mouvement poétique. Les explorations, les réflexions, les actions menées, les formes développées par le tissage entre des sensibilités et des champs artistiques, développent un mouvement que nous nommons désormais, MOUVEMENT IN-DISCIPLINAIRE.

Aurore Gruel travaille également en tant qu’interprète ou chorégraphe dans différents projets.

réalisation : Netcreative