Cie la Face B

/ Sarah Cerneaux

Sarah débute une formation de danseuse/interprète au centre James Carlès à Toulouse. 

En 2004, elle s’installe à Paris et continue son apprentissage auprès de professeurs tels que Corinne Lanselle, Carolyn Carlson, Julien Hamilton ou encore Junior Almeida. 

Depuis, elle a travaillé avec les compagnies Abou Lagraa, Vincent Mantsoé, David Drouard et Maryse Delente, entre autres. 

En 2014, Sarah part vivre à Londres et débute une collaboration avec la compagnie Liz Roche (Dublin) en tant qu’interprète. 

La même année, elle intègre la compagnie Akram Khan pour une reprise de la pièce « Kaash ». 

Pièce qu’elle tournera à travers le monde pendant deux et demi et dont elle enseigne aujourd’hui le répertoire. 

De retour en France en 2017, Sarah travaille avec la compagnie AmalaDianor sur le duo ‘Trait d’Union’ et décide en parallèle de développer son propre travail. 

Actuellement, elle est interprète de la compagnie Liz Roche sur deux projets, « The HereTrio» et une pièce pour neuf danseurs et un orchestre symphonique « Demos ». 

Sarah crée aujourd’hui son premier solo nommé ‘Somehow’, qu’elle présentera notamment à Pole-Sud, CDCN de Strasbourg lors du festival L’Année commence avec Elles. Elle retrouvera, l’année prochaine, la compagnie Akram Khan et la pièce ‘Kaash’ pour de nouvelles performances au South Bank Center.

EitherWay

A travers ce solo, je désire questionner notre rapport à la perte.

Dans la notion de perte, j’inclus ce que l’on donne consciemment ou pas, ce que l’on oublie, ce qui nous est arraché ou repris, ce que l’on abandonne, ce que l’on offre sans compter, ce que l’on rejette, ce que l’on enterre…

Toutes ces pertes sont comme des petites morts qui nous créent, comme des errances qui nous façonnent.

Mais que dire de notre rapport à l’errance ?

Cet état/étape inquiète car cela crée l’altération qui dérange mais à la fois fascine par la possibilité de franchir, rêver, métamorphoser.

L’errance devient alors un objet qui se met en mouvement dont l’évolution créée sa propre trajectoire et génère des transformations qui n’ont pas nécessairement été prévus.

De la joyeuse errance à la souffrance de l’errance.

De l’errance de la fuite à l’errance de la quête.

De l’errance mobile à l’errance immobile.

Du choix de l’errance à celle qui s’impose.

Chorégraphe : Sarah Cerneaux

Danseurs : Sarah Cerneaux

Création lumière : Guillaume Février

Création sonore : ÉricAldéa - Ivan Chiossone - Franck Laurino

inscrivez-vous à notre newsletter